Le Glaucome chronique à angle ouvert

Le glaucome est une maladie chronique fréquente puisqu’elle touche 1 à 3 % de la population et presque 10 % des sujets de plus de 70 ans. 

Parmi les facteurs de risque principaux, on note les antécédents familiaux de glaucome et l’âge puisque le risque de glaucome augmente après 50 ans. 

Le glaucome est une affection oculaire qui provoque une dégradation progressive et chronique du nerf optique et dont le facteur principal est une augmentation de la pression intraoculaire.  Sa fréquence est sous estimée car la progression de l’affection est lente et indolore et les symptômes passent souvent inaperçus. Cependant le glaucome est une maladie grave car son évolution aboutit à la cécité de façon irréversible sans traitement. 

 

Comment savoir si j’ai un glaucome ?

 

Seul un examen ophtalmologique complet permet de suspecter un glaucome. L’examen clinique sera souvent répété, associé à la réalisation d’examens complémentaires, afin de confirmer le diagnostic de glaucome.

Le diagnostic de glaucome repose sur une TRIADE de signes cliniques : une hyperpression oculaire (la pression oculaire normale est inférieur à 21 mmHg), une atteinte anatomique du nerf optique (visible au fond d’œil) et une altération du champ visuel (examen complémentaire demandé systématiquement en cas de suspicion de glaucome).

Deux autres examens complémentaires seront réalisés afin d’aider au diagnostic : une mesure de l’épaisseur cornéenne (pachymétrie cornéenne), une cornée fine étant un facteur de risque de glaucome), et un Scanner des fibres optiques (OCT) qui permet de détecter précocement un glaucome. 

En cas de diagnostic de glaucome, quel traitement et quel suivi ?

Le diagnostic de glaucome implique la mise en place d’un traitement par collyres à vie. Ces collyres ont pour but de faire baisser la pression intra-oculaire afin de préserver la fonction du nerf optique ou du moins de ralentir sa dégradation.

Le suivi sera au minimum semestriel si le glaucome est stable et bien controlé. Il pourra être plus fréquent la première année du diagnostic ou en cas de glaucome évolutif.

En cas d’échappement thérapeutique (insuffisance de contrôle du glaucome par les collyres), une intervention et/ou du laser pourront être envisagés.

IMAGE VISION TUBULAIRE GLAUCOME.jpg

Champ visuel patient sain

Champ visuel patient glaucomateux

PAPILLES GLAUCOME.jpg

Excavation de la papille (nerf optique) chez sujet sain (à gauche), glaucomateux (milieu) et présentant un glaucome terminale (à droite)

OCT ET CV GLAUCOME.jpg

Atteinte simultanée et systématisé de l'OCT des fibres optiques et du champ visuel sur l'oeil droit d'un patient glaucomateux avec excavation papillaire.

Pas d'atteinte de l'oeil gauche

IMAGE SYNTHESE GFA.jpg

Mécanisme du GFA : blocage pupillaire et adossement  trabéculum entrainant la fermeture de l'angle 

Le glaucome aigu à angle fermé

Le glaucome aigu, encore appelé glaucome aigu par fermeture de l’angle (GFA), se distingue du glaucome chronique, par l’urgence et la gravité immédiate de la situation de l’œil atteint. Sans prise en charge rapide, le glaucome aigu peut aboutir à la perte totale et irréversible de la vision d’un œil. Il est lié à une montée importante et brutale de la pression intraoculaire associé à une rougeur et des douleurs oculaires violentes, et parfois des nausées.

 

La cause et les mécanismes mis en jeu dans l’élévation de la pression oculaire sont différents de ceux du glaucome chronique. Lié à des prédispositions anatomiques particulières du segment antérieur de l’œil, il s’agit d’une fermeture brutale de l’angle irido-cornéen qui empêche l’évacuation naturelle de l’humeur aqueuse de l’œil.

Le traitement est urgent et l’hospitalisation systématique afin de faire baisser la pression de l’œil par des perfusions intra veineuse de médicaments hypotonisants.

 

Puis, après normalisation de la pression intraoculaire, une iridotomie préventive au laser (petit trou réalisé dans l’iris agissant comme une valve de décompression) de l’œil atteint et l’œil non atteint est réalisé afin d’éviter toute récidive.

Cette iridotomie préventive doit être également réalisé sur les 2 yeux des patients sains présentant des prédispositions anatomiques à une crise de glaucome aigu : hypermétropie, chambre antérieure étroite, angle irido-cornéen étroit.

 

C'est l'examen ophtalmologique systématique au biomicroscope avec réalisation d'une gonioscopie dynamique (examen de l'angle irido-cornéen) complété éventuellement d'une échographie UBM de l'angle (échographie de l'oeil à haute fréquence) qui évaluera le risque de GFA et indiquera la réalisation d'une iridotomie au laser Yag préventive