La dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA)

La dégénérescence maculaire liée à l'âge(DMLA) est une maladie de la rétine provoquée par une dégénérescence progressive de la macula, partie centrale de la rétine, qui peut apparaitre à partir de l'âge de 50 ans, et plus fréquemment à partir de 65 ans, provoquant un affaiblissement important des capacités visuelles, sans toutefois les anéantir. 

Les lésions précoces sont représentées par les drusens(petites taches blanches sur la macula visibles au Fond D’œil). Puis on distingue 2 formes évolutives : la DMLA atrophique (ou encore appelé DMLA séche) et la DMLA exsudative (ou encore appelé DMLA humide). Une forme séche peut évoluer en une forme humide et vice versa.

 

Les formes cliniques

 

La DMLA atrophique :

Cette forme correspond à une atrophie progressive de la macula. La dégradation de la vision est en général lente sur plusieurs années. Elle représente environ 40 % des DMLA. Il n’y a pas de traitement curatif

 

La DMLA exsudative :

Elle correspond à l’apparition de néovaisseaux choroïdiens (NVC). Elle représente 20 % des DMLA. Ces néovaisseaux peuvent être responsable de saignement ou d’oedéme de la macula et entrainer donc une baisse rapide et importante de la vision. Le traitement doit être instauré rapidement.

 

Les signes fonctionnels :

 

Il peut s’agir d’une baisse d’acuité visuelle, de loin ou plus souvent de prés (difficultés à la lecture, besoin de plus de lumière) parfois attribuée à tort à un besoin de changer de lunettes. L’apparition de métamorphobsies (vision déformée des lignes) doit conduire à consulter en urgence. Elles peuvent être révélatrice de néovaisseaux choroïdiens (DMLA humide) et doivent alors conduire à un traitement urgent.

 

Les examens cliniques et complémentaires :

 

C’est l’examen du fond d’œil qui permettra le plus souvent de faire le diagnostic de DMLA. Il pourra être complété par la réalisation d’une tomographie à cohérence optique (O.C.T)ou d’une angiographie à la fluoresceine et/ou à l’indocyanine. Ces examens complémentaires, explorant la macula, pourront apprécier l’étendue de l’atrophie maculaire dans les formes sèches ou de faire le diagnostic de NVC dans les formes humides ainsi que de suivre l’évolution du traitement.

 

 

 

Les traitements :

 

Traitement préventif

Des compléments alimentaires à base d’antioxydants, de vitamines, d’oméga3 et de protecteurs maculaires sont indiqués afin de ralentir la progression de la maladie et de diminuer le risque de NVC dans les formes évoluées.

 

Traitement curatif

Dans les formes atrophiques, il n’y a pas de traitement curatif. Dans les formes exsudatives, l’injection rapide dans l’œil d’un médicament anti-vasoprolifératif (Anti-VEGF) permet le plus souvent d’améliorer ou de stabiliser la vision. Ces injections se réalisent sous anesthésie de contact, au bloc opératoire et doivent être répétées avec une surveillance mensuelle, au moins la première année. 

 

Surveillance :

 

Une surveillance annuelle ou semestrielle chez l’ophtalmologiste est préconisée en cas de DMLA débutante. Elle pourra être plus rapprochée en cas de DMLA à haut risque. Une grille d’Amsler (remise par votre ophtalmologiste ou téléchargeable sur internet) permet au patient de s’autosurveiller (œil par œil). L’apparition de  déformation des lignes (les lignes deviennent ondulées), peuvent être le signe du développement de néovaisseaux choroïdiens et doivent conduire à  consulter très rapidement.